Du Bas du Fleuve à la Haute GaspésieTemps de lecture 17 min

Notre prochaine et «théoriquement finale destination» est St-Maxime du Mont-Louis, en Haute Gaspésie. Ceci est donc la route à partir du Bas-du-fleuve (Pointe-au-Père) jusqu’à la Haute Gaspésie (Mont-Louis).

28 septembre – Pointe-au-Père

Après avoir quitté le Bic, le petit enfant en moi voulait absolument entrer dans un sous-marin. J’ai toujours adoré l’eau. J’ai déjà eu la chance de monter à bord d’un vrai sous-marin d’excursion (aux Barbades) mais je n’ai jamais eu la chance d’entrer dans un vrai gros sous-marin, notre prochaine destination, c’est ça.

À partir du Bic ce n’est pas très loin. Aller voir le sous-marin va apaiser la douleur du départ du Bic, je le sens.

On n’a plus de vin non plus. J’ai bu la dernière bouteille hier en pensant à notre départ. On va arrêter à la SAQ en passant.

On se rend à Pointe-au-Père. Ça tombe bien, il y a un gigantesque stationnement pour les vans, permettant d’y rester une nuit.

On arrive assez tôt l’accueil, genre 14:30. Il y a 3 expositions possibles, le sous-marin, le musée de l’Empress, et le phare de Pointe-au-Père. On en prend 2, c’est tout ce qu’on a comme temps.

Onondaga

La visite du sous-marin se fait à l’aide d’un audioguide. 17 stations à écouter les explications. On capote ben raide. C’est comme dans la van. C’est petit, mais bien pensé. Tout est là, tout est pensé. 70 personnes y vivaient. Ça devait être infernal. 

On a pu regarder au travers d’un périscope, voir une torpille, voir les sonar. Ok, ça peut sembler plate pour certain, mais pas pour moi en tout cas, et Louise, qui n’était pas emballé à faire cette visite, ben elle capote elle aussi. Je me souviens du mot le plus populaire sur un voilier : ayoye! Ben dans le sous-marin c’est sûrement le même. C’est petit, pas très haut, plein de racoin, même un escalier qui nécessite de se contorsionner pour le descendre. J’imagine que les gars ne devaient pas peser plus de 120 livres. Ils n’avaient pas le temps d’être gros, c’était tellement difficile, que les plus âgés n’avaient à peine que 35 ans avant de quitter le métier de sous-marinier. 

Après la visite du sous-marin, qui devait prendre 45 minutes, on va au musée. Il est déjà 15:45 et ça ferme à 17:00. Go go go…

Le Musée

Je connais bien l’Empress of Ireland, pour avoir voulu y plonger lorsque j’étais instructeur de plongée sous-marine. Mais ça prend des conditions très favorables, ça n’a donc jamais eu lieu. L’Empress c’est le second plus grand naufrage de bateau de croisière. Tout arrive toujours à 2:00 du matin.

L’histoire est triste. Il a coulé en 14 minutes. Il y a un petit film explicatif, j’ai appris que le bateau appartenait au Canadian Pacific. Oui oui, ils voulaient être la référence dans les voyages au Canada.

En tout cas, c’est à voir. C’est 4 piastres de plus le duo du sous-marin-musée, et si on va au phare c’est 3 piastres de plus pour le trio. C’est fair.

Il est près de 17:00 et on n’a pas fini. On a mal été recommandé. On lit tout, nous, on avait averti la personne à la caisse. Ce qui fait que tout est plus long.

La superbe dame du musée nous a dit qu’elle serait là demain matin, et que ça va lui faire plaisir de nous laisser poursuivre. Elle a rendu deux enfants heureux.

Un coucher de soleil fabuleux et deux épisodes de Ozark va clore la soirée, avec un vent à écorner les boeufs. La van bouge tout seul. Je ne nous imagine même pas aux Iles-de-la-Madeleine (ouragan Fiona), nous aurions braillé notre vie.

Ciao…

29 Septembre – Matane

On doit reprendre la route vers Mont-Louis. Mais pas avant d’avoir terminé notre visite du musée et du phare de Pointe-au-Père.

La nuit a été très calme. Mis à part le vent qui ne s’est jamais calmé, et un peu de pluie le matin, c’était super. Le matin, très tôt, on voit plein de gens qui sont sur le quai, à regarder dans des téléscopes. On se demande ce qu’ils font. On va voir.

Ce sont des jeunes universitaires qui recensent les oiseaux migrateurs. Il faut le vouloir. Ils sont assis, au grand vent (il fait 8 pas de vent) et voient les oiseaux, et les notent. Ils sont en biologie. C’est quand même cool. Tout le monde pense qu’ils regardent les baleines (elles ne sont pas de ce côté-ci du fleuve), ça les fait rire. 

On retourne au musée.

Musée et phare

Il est 9:08, ça fait 8 minutes que c’est ouvert. À 10:20, on n’a pas encore fini, mais il y a la visite du phare à 10:30. C’est tellement drôle. La visite du phare c’est normalement 20 minutes. On va au phare, 30 minutes, et on revient pour terminer le musée. Ensuite on retourne dehors pour terminer la suite de la visite du phare est des bâtiments. 

On est parti de là juste un peu avant midi. Finalement, 5 heures pour voir tout, et on a été assez rapide sur le dernier bout. Le monsieur qui pensait qu’on ferait tout en un peu plus de 2 heures. Ouain!!! On s’en va à Matane.

Matane

Visites terminées, on part pour Matane.

Arrêt imprévu, la fromagerie du Littoral

Il faut aller voir le logo, il est trop mignon (https://fromageriedulittoral.com). Leur histoire est vraiment intéressante. Et leur fromage, ben on va y gouter plus tard. Juste en avant, une belle halte routière, qui n’acceptent plus les VR. Bravo aux innocents encore.

Premier vrai arrêt, la Fabrique

On veut aller luncher à la Fabrique, une microbrasserie. On a découvert leur bière quelque part après Rivière du Loup. On s’est dit qu’on devait y aller.

On s’est tapé un bonne dégustation, et ensuite chacun une pinte de blanche. Elle est superbe. Accompagné d’un super hamburger classique, c’est certain qu’on ne soupe pas ce soir. Aussitôt fini, on change de bord et on va à la boutique acheter des bières. De toutes les bières que nous avions achetées au cours de l’été, il n’en restait aucune. On refait nos provisions.

On a vu une mignonne librairie pas trop loin. Louise en profite pour bouquiner, pendant que je lis les nouvelles (je ne suis pas très “livre”).

Les crevettes

Pas encore été faire les provisions, DEMAIN.

Le spot dodo

Matane est très accueillante. Elle offre des spots dodos gratuit. Nous sommes arrêtés dans un spot non officiel, tout près de la marina. C’est la halte municipale. Les toilettes sont barrées, mais nous sommes sur le bord de la plage, et de la marina. C’est tranquille. Ce qui est bizarre, les gens se stationnent près de la van, même s’il y a BEAUCOUP de place. Sommes-nous au mauvais endroit?

Photos de coucher de soleil, encore, Ozark, encore et Blog, on a grignoté des pommes, du fromage délicieux de la fromagerie du Littoral, et des biscottes pour le souper. Je le savais :).

Nous sommes déjà en train de changer notre destination ultime. On va peut-être se rendre à Percé finalement.

30 septembre – Sainte-Anne des Monts

On arrive bientôt à notre destination, Mont-Louis. Un tout dernier arrêt avant, et c’est à Sainte-Anne-des-Monts.

Crevettes de Matane

Hier on avait dit DEMAIN, ben on l’a oublié. Le dicton de DEMAIN vient de Louis. On adore ce dicton. Mais il y a toujours l’autre dicton qui se dit comme suit: ne jamais remettre au lendemain ce que tu pourrais faire le jour même. Ce qui devait arriver arriva. Pas fort.

On fait une épicerie, et on poursuit la route. 

Sainte-Anne des Monts

La route est tellement belle, la vue du fleuve est sublime, et les petits villages sont mignons, les uns après les autres. On arrive à Ste-Anne et la première chose à faire, c’est de vérifier les spots dodos qui ne sont valides que jusqu’au 15 septembre. On est le 30… 

On arrête au kiosque d’information touristique, il est fermé pour la saison, même pas de toilettes non plus. hmmmm. 

On va voir le premier spot, à l’aréna, voir si c’est OK. Il y a une station de vidange et eau potable, c’est cool, mais ça dit bien jusqu’au 15. J’appelle la ville. Une gentille dame, Sylvie, nous explique les raisons derrière ces dates, ça fait bien du sens, et les deux derniers endroits restants dans la ville, sont tolérés. Parce qu’un autre endroit à été fermé, toujours grâce à nos innocents “j’ai l’dwa”, et il était sublime ce spot, en avant de l’église. Au moins, c’est ok.

Prochain arrêt, lunch sur le bord de l’eau. On se stationne dans Exploramer. Le stationnement au quai est interdit pour les autocaravanes. Bon ça va bien. On en trouve un autre, en arrière. Parfait pour luncher, presque la même chose qu’hier soir. On est bien, c’est super.

L’intelligence des mouettes et des goélands 

Pendant le repas, Louise remarque qu’ils laissent tomber quelque chose de leurs becs. Elle regarde plus attentivement, ben mosus, des moules. Wow, c’est brillant. Les oiseaux ramassent des moules, les amènent avec eux dans les airs et les laissent tomber sur des roches, pour qu’ils se fracassent. Quand ça ne fonctionne pas, ils recommencent. Ensuite ils mangent l’intérieur. C’est génial. C’est wise. On essaie d’en filmer, mais c’est froid, nos yeux pleurent dû au vent froid. On a hâte de voir les vidéos.

C’est ce que ça donne les vidéos :

Le sentier du petit bois

On ne veut pas aller dans les grands parcs tout de suite. On retourne marcher un sentier que nous avions fait en 2016, avec Dinghy, parce que les chiens étaient bienvenus. Ce n’est pas très long, c’est 7.5km. Mais c’est beau. On ne reconnait pas beaucoup le sentier, car en 6 ans les arbres ont poussé, il y a eu une pandémie, et ils ont refait toutes les infrastructures. C’est toujours très bien. Lorsqu’on reconnait un endroit, on constate les changements. L’eau est très haute en plus. On ne peut pas marcher dans l’eau comme on l’avait fait.

On longe la rivière Ste-Anne qui est une rivière à Saumon. Même à son embouchure, l’eau est douce. C’est super la transformation des saumons pour passer de l’eau douce, à l’eau salée et d’y revenir quelques années plus tard.

Une fois notre balade faite, c’est l’apéro.

La microbrasserie Malbord

On a connu leur bière, à eux aussi, en même temps que celle de Matane. Un arrèt s’y imposait. 

Fait cocasse, le slogan de la brasserie est : le bon côté de la bière. En opposition au mot Malbord qui veut dire le mauvais bord. Le « malbord » est une expression folklorique pour désigner la Haute-Gaspésie, l’autre Gaspésie qui ne veut pas sombrer dans l’oubli parce qu’elle est du mauvais côté.

On pensait être les premiers ivrognes à 16:00, ben non, nous étions les 2 et 3, respectivement. On a goûté à leurs bières, pour savoir lesquelles acheter, mais on s’est tapé une “Voile de la mariée”. On a essayé la Divorcée, mais elle était trop amère, même si c’est presque la même recette.

Ils ne servent pas à manger, juste des grignotines. Parfait pour nous. On ira au Bass après. Le gentil monsieur du stationnement nous l’a même offert.

Une fois nos provisions de bières faites, un power nap est nécessaire pour repartir par la suite. On retourne au resto et puis criss, plus de place. Bon, ben c’est ça. On retourne au van, et on s’en va voir le coucher de soleil, et y souper. On mange presque la même chose que ce midi, donc comme hier soir. Pas grave, ça vaut la peine, être sur le bord de la mer.

Il devrait y avoir des aurores boréales en fin de semaine. On surveille, rien. On retourne à notre super emplacement, l’aréna, pour une nuit. Demain, c’est LA destination.

1 octobre – On va à Mont-Louis

On commence le mois en grand. On a passé une superbe nuit à l’aréna de Ste-Anne, très calme. Je ne m’attendais pas à ça, honnêtement. Mais aujourd’hui c’est la visite de ma ville de rêve.

Déjeuner

On ne peut pas dire qu’un repas devant une aréna est très magique. Donc, dès le levé, on est parti pour la plage, au même spot qu’hier soir. Là c’est pas mal mieux. Vaisselle finie, on cherche les fameuses toilettes. On fait le tour du village, 5km, en suivant Google, pour finalement revenir littéralement en arrière d’où nous étions stationnés. Les toilettes étaient là, mais Googlene le savait pas 🙂

One comment

Laissez un commentaire