La route du retourTemps de lecture 9 min

Déjà le 10 octobre, nous devons maintenant reprendre notre route pour le retour vers la ville. On ne fait pas ça en 1 journée comme Natacha et Gabriel, c’est une heure par jour. En fait, ça risque d’être plus long qu’une heure par jour si on veut arriver à temps à notre dernière destination.

Le Naufrageur

Le prochain spot dodo est situé dans un endroit parfait, soit une microbrasserie. Le plein de bières de micro-brasserie est pas mal fait, mais le summum, c’est d’y dormir.

Lorsque nous sommes partis des Terres de la Couronne, on savait qu’on avait un peu de temps à tuer. Comment le tuer si ce n’est qu’en allant regarder la télévision. Je parle toujours de la mer vue du pare-brise de la van, bien sûr. On se dirige vers le café La Brulerie du Quai, encore, et on se commande deux bons lattés qu’on va aller boire sur le bord de l’eau. On ne fait rien d’autre que de boire notre café et regarder l’eau. Il ne faut pas nous imaginer comme deux malades mentaux institutionnés qui regardent par la fenêtre, ou dans le vide. Non, on regarde les oiseaux, d’autres oiseaux, et une autre sorte d’oiseau, et on attend que quelque chose d’autre nous surprenne. On mange rapidement, toujours en regardant la télé. Ozark n’a pas la côte face à la mer.

Le spot où nous sommes est juste magique. Ça se nomme Route du Camping – Avenue du Phare à Carleton. 

Une fois notre éblouissement terminé, en fait, il n’y a rien de terminé, on n’a juste pas le choix de quitter, on va prendre l’apéro à la brasserie, on se stationne dans un endroit réservé à Terego.

Notre Léonne bue (c’est le nom de la bière), retour au van pour le repas, Ozark et dodo. On est toujours sur le bord de l’eau, et c’est beau, il y a plein de canards qui jacassent.

Miguasha

Notre destination ce matin est Miguasha, un parc national de la SEPAQ. C’est une site protégé classé dans le patrimoine mondial de l’Unesco. On va voir des fossiles… On en a déjà vu à Joggins, en Nouvelle Écosse.

On s’est levé très tôt, car notre stationnement se trouve tout juste à côté d’un restaurant en construction. Nous sommes près des conteneurs. Les gars de construction arrivent normalement tôt, alors on part rapidement. On va prendre le déjeuner à notre endroit préféré, sur l’avenue du Phare. On est un peu fatigué. La 132 est pas mal plus passante et des canards, ça jacassent pas juste quand il fait clair, la nuit aussi. Alors ils se sont racontés toutes sortes d’histoires pendant la nuit, des histoires de peur, pour qu’ils restent réveillés, et Louise aussi.

Donc après le déjeuner, départ pour Miguasha, qui n’est pas très loin. Il n’y a aucun frais d’entrée pour l’exposition lorsqu’on a une passe annuelle de la SEPAQ, c’est le fun, 20 dollars de plus dans nos poches, donc 4 environ bières. C’est un endroit exceptionnel. Il faut se souvenir qu’on apprend beaucoup lors de nos voyages. On est très curieux, on lit tout, on veut tout savoir.

Miguasha, c’est principalement l’histoire du Dévonien, donc l’ère des poissons, soit autour de 400 millions d’années avant nous. On a vu toute l’évolution, et ce qui est le plus fascinant, c’est qu’à ce musée, il y a le seul spécimen de fossile complet d’un Elpistostege watsoni. Le chaînon manquant entre le poisson et les tétrapodes (soit les animaux à pattes). Lors de notre visite, il manquait des morceaux du fossile car ils étaient à l’étude à l’extérieur. Les résultats risquent d’être très fascinants.

Deux heures plus tard, on sort de là. Complètement époustouflé… On est vraiment contenté. Mais ce n’était que le début. Il y a un sentier de 3.5 km à faire, ce n’est pas très long, mais… il y a des affiches tout le long du parcours, qui explique l’évolution de la terre depuis 450 millions d’années jusqu’à aujourd’hui. Nous sommes tout simplement en pâmoison.

Juste de même, qui savait que le Québec était jadis sous l’équateur?

Autre info intéressante, Miguasha veut dire Rocher Rouge…

La vallée de la Matapédia

On a juste passé au travers de la Vallée. Wow, je ne connaissais pas cet encroit. La prochaine fois qu’on vient en Gaspésie, on passe par là.

Pointe au Père

On se rend jusqu’à Pointe au Père pour la nuit. Il n’y a pas grand monde. La saison est finie, le sous-marin est fermé. À part faire de la route, il n’y a pas grand chose à faire. C’est triste.

Après avoir passé une belle nuit, et regardé la télé de nouveau. On doit vidanger. Étant donné que de plus en plus d’endroits ferment, et que bientôt l’eau sera aussi coupée, on ne niaise pas. On commence par la plus proche, si elle est fermée, on passe à la suivante.

On arrive au Travaux publics de Rimouski, c’est ouvert, et il y a de l’eau. On fait tout. On vidange aussi la toilette. Maintenant que tout est vide, propre et plein, c’est maintenant notre tour. On se rend au Bic.

Le parc du Bic

Notre endroit favori nous reçoit de nouveau, mais pour quelques heures seulement. On va à la douche. Tous les sites de campings loin de l’accueil sont fermés. Il n’en reste qu’un seul, et ce ne sont que des rustiques. Il n’y a plus rien.

Après une douche qui fait du bien, sans bon sens, on va marcher une dernière fois à la ferme Rioux. Humer l’air marin et en même temps, l’air de la forêt, ça sent Noël et ça sent la mer. 

Une fois assez triste, on repart.

Avant dernière destination, Saint-Jean Port Joli

On refait le chemin inverse, avec moins d’arrêts finalement. Moins d’activités par le fait même. On doit se rendre au Parc de la Rivière Gentilly, rejoindre les amis vanneux. On fait un arrêt à la SAQ et une petite promenade dans le village. C’est l’heure du traffic. On remarque que les vans ne sont pas très très bien reçues. On ne peut pas stationner à la marina, défense d’y entrer, juste sur la rue, pas grave. 

Emplettes SAQ faites, on va à la halte routière, nous sommes les seconds. Je me place sur le gazon, la dernière fois j’étais seul qui n’était pas stationné sur le gazon, et ce coup là j’ai failli être le seul sur le gazon. Hé ben!

On rencontre des gens de Lévis qui ont voyagé pas mal, ils sont en Safari Condo. Ils étaient super gentils et nous donnent des bons trucs. Après un dernier soirée, cette fois sans coucher de soleil (très nuageux). On retourne au van.

La nuit terminée, une belle journée qui commence, et on quitte en plein soleil et chaleur pour Gentilly.

On va passer une dernière fin de semaine avec la Clique du Plateau en Van.

Laissez un commentaire