Retour à SuttonTemps de lecture 1 min

Sutton nous manque, les sentiers, notre condo, la vie, notre Dinghy.

On arrive et on se stationner près du sentier de Pékan, 3 VR déjà.

On fait le sentier, Pékan et on pensait faire Spruce. On récupère nos passes de saison. Vu l’heure, on décide de faire le pont et les pistes. On se fait chicaner, parce qu’il y a un sens unique. Mais le Québec est vert… pourquoi?

Le retour par les piste est empreint de nostalgie. Oh que ça nous manque. On se remémore toutes les fois qu’on a fait ce sentier, avec notre belle petite Dinghy qui adorait tout de Sutton. On a les boules.

Retour à Dechinta, on bouffe, des crudités, encore. Nous sommes très près de la nouvelle Tyrolienne, qui coûte 69 dollars de la shot. On les voit descendre. Après le repas, je fais voler mon drone, pour avoir de belles shots.

J’ai réussi à avoir des gens en tyrolienne. A 69 piastres, il n’y a pas foule.

On décide d’aller prendre un thé en bas. Il est ouvert, mais pas de personnel, pas de cuisine. La COVID l’a bien perturbé. C’est tellement bon, c’est tellement triste. C’est par choix qu’il n’est pas ouvert, mais je trouve que c’est plus par dépit.

On retourne au stationnement d’autobus, près du 460, on voit de la VanLife partout. On marche un peu, pas mal en fait, parce qu’on aime ça, et ensuit la sieste. On a dormi une heure, straight. Maudit que ça dort bien.

Ensuite, il est temps de descendre manger, un repas qui nous manque depuis plus du an, ainsi qu’un breuvage d’or. Un bon burger classique et une Golden Ale à l’abordage. Oh qu’on s’est ennuyé. 

Au retour, il n’est pas tard, on se cherche où dormir, trop de monde en haut, trop en bas, new spot vu en marchant plus tôt… Mais c’est secret.

Laissez un commentaire