Séjour au Genévrier – deuxième partieTemps de lecture 10 min

La fin de semaine est terminée. Ce superbe évènement “Van sous Zéro” est maintenant derrière nous. On flotte encore sur les moments passés entre amis, et on est un peu triste. Quand le high est très high, c’est un peu normal que même un petit low parait très low.

On poursuit notre séjour dans la belle région. Pour revoir la première partie du récit, c’est ici.

C’est la fête à Louise, 27 février

Il fait très beau aujourd’hui, On a gagné 10 degrés depuis les derniers jours. C’est comme lorsqu’il fait 15 et ensuite 25. On est prêt à enlever nos quadriblures (un mot inventé de toute pièce, il faisait tellement froid qu’une doublure n’était pas suffisante).

On a débuté la journée par le sentier du Genévrier de nouveau. C’est la troisième fois qu’on le fait, mais sans raquettes, il était impossible de traverser le champ. Impossible, c’est faux. Mais de caler à la hauteur de la cuisse à plusieurs reprises, ça rendait le parcours difficile, et on n’avait aucune idée jusqu’à quel endroit c’était enneigé à ce point.

On l’a fait, ce n’était pas si pire du tout, malgré qu’une fois, même en raquettes, j’ai calé plus haut que le genou. Il faut réellement se méfier des petits arbustes qui dépassent de la neige.

Ça donne un petit 6km de randonnée dans un décor enchanteur. C’est tellement beau de voir toutes les pistes des différents animaux. On n’en a pas vu un seul, mais il y a de la vie.

De retour au bercail, une bonne soupe, et on relax un peu.

On a par la suite fait les vides et les remplissages. On utilise moins l’eau pour la vaisselle car au camping ils ont installé un évier. C’est une idée de génie. À l’origine ça devait être une laveuse, mais je trouve finalement qu’un évier est une excellent solution. On a utilisé moins de 18 litres d’eau en près de 5 jours. C’est très peu. 

Pour la fête à Louise, elle voulait un cadeau qu’elle se souviendrait longtemps. Je lui ai donné mon rhume. Elle est sur le dos… En fait, est-ce mon rhume? Elle fait de la fièvre. 

On a mangé des sandwiches au tomates pour sa fête avec de la bière. Mais honnêtement, dans un endroit comme où nous sommes, c’est tout de même pas rien, ces petites sandwiches. On est heureux, et c’est ce qui compte.

Il est 19:50 et Louise dort. Il est temps de travailler sur les photos…

Mardi 28 février

Belle grosse bordée à l’horizon. On ne fait pas grand chose. Louise est quand même assommée; aucune activité, sauf de celle de rester en vie. C’est déjà pas mal. 

On remarque nos voisins en van, ils semblent comparer leur van avec la nôtre. C’est trop drôle. Louise s’amuse à les regarder. On décide d’aller dehors les saluer.

Finalement, on fait une belle rencontre, Jean-Michel et Isabelle. Ils ont une Norh de VanlifeMTL, et ils l’ont reçu il y a deux mois à peine. On leur montre des choses, et on apprend quelque chose de leur part. Ils se promènent pas mal et un de leurs amis leur ont fait acheter une choses essentielle, que j’aurais bien aimé avoir lors de notre périple dans les Laurentides (LIEN), des chaînes à neige.

Il me recommandes des Auto-Trac de Peerless. Notre numéro de pièce est le 231905. Dès que nous sommes à l’intérieur, je commence mon magasinage. Ben rien… Elles ne sont plus sur le site d’Amazon. C’est pire, elles ne sont plus sur AUCUN des sites d’Amazon, sur la planète. Mais pourquoi? 

Quoi qu’il en soit, ça en prend. Je regarde des Konig (Thule) XG-12 PRO 245, oh c’est cher ça. C’est ce que Far Out Ride (https://faroutride.com/ ) recommande. Il y a aussi les Pewag XMR 79 V, autre produit assez cher merci. Est-ce que je veux payer 600$ maintenant, à la fin de l’hiver? Non, je vais surveiller les ventes.

Comme on sait tous, dès qu’on commence à chercher et à magasiner sur le net, le temps file. Ce n’est pas comme si on avait un vendeur qui répond à nos questions. Déjà rendu au souper.

La journée a disparue. Comme par enchantement. On ne l’a pas vu passer. C’est fou comme on est bien en van.

C’est à mon tour de faire un peu de fièvre. C’est bizarre.

Mercredi 1 mars

On devait aller voir les parents de Louise, mais finalement la décision est tombée. Louise fait de la fièvre encore, on ne va pas aller contaminer ses parents.

On doit tout de même sortir pour les essentiels. Bien oui, c’est déjà le temps. On part demain, on doit donc aller faire nos provisions Charlevoisienne. De plus, on avait commandé une merveilleuse fondue qu’on doit aller chercher.

Il a beaucoup neigé, c’est tellement beau, au moins 30cm de nouvelle neige. Juste déneiger la van, c’est un pur plaisir. Je me rappelle du temps ou déneiger un véhicule pour aller travailler était une corvée. C’est maintenant une activité. Le froid est a présent tombé, c’est donc une joie de se retrouver dans cette belle neige.

Déneigement terminé, on part!

Premier arrêt, encore une fois la bière. On a pu en goûter de nouvelles sortes lors de notre séjour, et nos choix sont faits : BLNX, Blanche de Charlevoix et Saison tradition. Il en restait de nos derniers achats. On a donc du stock pour quelques semaines.

Second arrêt, le café. Ils étaient présents, à titre d’exposants, lors de l’événement Van Sous Zéro, mais on ne les a pas vu. Pas grave, je suis presque certain qu’ils n’avaient pas de moulins avec eux. Et la mouture demandée en magasin, est parfaite pour une moka (cafetière italienne). Encore un bon sac de café Hautes Gorges.

Dernier arrêt, et non le moindre, Ah la Vache. C’est maintenant un arrêt incontournable. Depuis notre visite au Genévrier l’an dernier, et la découverte de ces fondues, chaque voyage dans la région nous amène à commander au moins une fondue traditionnelle. On l’adore.

Au retour, c’est l’heure de la contemplation du soleil. Quoi? C’est quoi ça? En fait, tout ce que c’est, c’est s’asseoir dehors, au soleil. C’est moins poétique, avouons-le. Je passe l’après-midi au soleil. Louise est encore couchée.

À son levé, on se fabrique un beau feu, qu’on doit alimenter en air régulièrement. Il y a de la glace sous le feu, qui fond. Nous n’avons jamais réussi à se rendre au sol. L’eau éteint la braise. Je dois remonter le tout continuellement pour que ça sèche et brûle. Un après midi assez rempli.

Vient ensuite notre bon repas. Une belle miche qui entre parfaitement dans notre petit four. Quel bon repas, le tout agrémenté de viandes de Charlevoix et de Bread & Butter de la belle-soeur, et d’un petit cidre qui vient de Petit et Fils, de St-Hilaire. On est encore plus heureux car on sait qu’il va en rester pour au moins 3 autres repas.

Bien repu et soirée terminée, pas de vaisselle ce soir, on ira demain matin.

Jeudi, 2 mars c’est déjà la fin

On commence par tout préparer, faire la vaisselle, Un dernier petit tour à l’accueil pour voir Louis, et le remercier, en plus de toute son équipe, de nous avoir permis de vivre un séjour inoubliable.

On quitte pour la maison!

C’est un peu la merde à l’extérieur, mais Dechinta se comporte bien dans la neige. C’est assez stable sur la route. C’est la première longue route que nous faisons dans la neige, et elle nous rassure.

Arrivés à la maison, on doit pelleter. On s’en attendait… Mais il n’y a pas de neige à Montréal… Croyez-moi.

Souvenirs de voyage

Louise va comme-ci comme ça. Juste par curiosité, je luis suggère de passer un petit test COVID, il en reste un. Le couperet tombe. Elle a la COVID. 

Je vais me chercher un nouveau kit, et bien moi aussi. J’ai la COVID.

C’était notre première COVID, et ce malgré l’ancien travail de Louise au CHUM, qui était régulièrement en contact avec des gens affectés.

En terminant, c’est bien de rapporter des souvenirs de voyage et d’en offrir à ses proches. Mais je crois bien que personne ne voudra de ce souvenir que nous avons rapporté. On va le garder pour nous.

Séjour en video

Voici le video de notre séjour. Ce ne sont que des scènes captées ici et là, qui sont le fun à regarder.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *