Ka Halawai beaucoup : plus qu’un rassemblement de vanTemps de lecture 13 min

Vivre une partie de sa vie en van amène une partie de bonheur que je n’avais jamais espéré, ni même imaginé. En fait, avant, on regardait des vidéos de vanlifers, on écoutait des podcasts (on le fait toujours, en passant) et malgré le fait qu’on savait pertinemment que tout n’était pas rose, on ne savait pas non plus que les «high» seraient si «high»!

En fin de semaine c’était la troisième édition du Ka Halawai (en passant, ça se prononce comme suit : Kalawé), qui veut dire La Réunion. C’est une réunion de vans, oui, mais aussi de roulottes, de tentes, donc un FESTIVAL OUVERT À TOUS – AVEC OU SANS VAN ! L’évènement est toujours organisé par VanlifeMTL, et la réunion se tenait au même emplacement que l’an dernier, soit au Récréoparc de Sainte-Catherine.

Avant d’écrire cet article, j’ai été relire ce que j’avais écrit l’an dernier. Je voulais me souvenir de ce que nous avions vécu afin de ne pas me répéter.

La bénédiction

Toute la semaine, les prévisions météo n’étaient pas les meilleures. Nous avions peur que ça tombe à la flotte. Pour des gens dont la passion est d’être à l’extérieur, ce n’est pas grave, mais disons que c’est moins agréable. Alors on se croise les doigts, met les chapelets (pour ceux qui en ont) sur les cordes à linge (pour ceux qui en ont encore), allume des lampions, finalement le même rituel qu’on doit faire pour que le CH gagne en séries éliminatoires. Je ne sais pas à combien de reprises on a regardé la météo, mais assurément très très souvent!

Lors d’une discussion avec Vincent Grégoire, le «chef des opérations/responsable de l’expérience» de l’événement, nous évitions de parler de pluie, de météo, de plan. Voir si la superstition à quelque chose à voir avec la météo, en tout cas, il ne fallait pas en parler.

On en revient tout simplement pas, bénis. Ils sont bénis… quelques belles averses vendredi après-midi, rendant l’installation un peu moins le fun, mais 15 heures venues, plus rien et ce jusqu’à samedi dans la nuit. Au lieu d’être détrempés nous étions brulés par le soleil. Il faut le faire.

Une pluie le dimanche matin a nécessité le report d’un spectacle, mais d’une heure seulement. Le positif dans la pluie du dimanche matin, dormir un peu plus tard, prendre le temps de bien déjeuner, relaxer.

Plus qu’un simple rassemblement de vans, c’est un évènement en soi

Juste à voir l’horaire de la fin de semaine, il fallait s’attendre à un certain engouement. Mais jusqu’à quel point?

L’arrivée des festivaliers était prévue pour 16:00 le vendredi. Il fallait que l’équipe de Vanlife installe le tout au préalable. Sauf que les gens ont décidé d’arriver plus tôt. Déjà à 11 heures le matin, les véhicules commençaient à se pointer. C’était totalement inattendu, la programmation y étant sûrement pour quelque chose. Il y avait file partout. Evan et le reste de l’équipe en avaient plein leurs bottines. Les tentes d’un bord, les vans de l’autre, les roulottes, par là, termine l’installation en même temps, tasse les obstacles pour les camions, ça n’arrêtait pas.

À titre d’ambassadeurs nous devions arriver autour de 15:00 pour laisser le temps de préparer le site, avant l’arrivée des visiteurs. Nous avons totalement été devancés. Une chance que nous avions une section dédiée pour nous, ambassadeurs et partenaires, la Zone Nouvelle Vie, car nous n’aurions pas été regroupés. Le but était de permettre aux visiteurs de venir tous nous voir et poser des questions.

Veut, veut pas, à midi, ça sentait déjà le succès, ou la folie…

À 16:00 la zone centrale était déjà fermée. Remplie à pleine capacité.

Vendredi soir, une programmation digne d’un samedi soir

Les commentaires sont unanimes, mais quelle soirée. Le tout animé pas Thibault Varin, à partir de 19:00, impossible de se lever de sa chaise, sauf pour aller la porter pour pouvoir être debout. De Thibault, à Eric Preach, Emi Jeen (découverte pour nous) à Kain (le dernier show de leur tournée), et avec Romain, chansonnier (il était présent l’an dernier aussi), on surfait sur une méchante belle vibe. La soirée ne voulait pas se terminer, le set de Romain (accompagné par Dave au Tamtam), qui devait se terminer à minuit, s’est poursuivi jusqu’à 1 heure du matin, et il y avait encore foule malgré l’heure tardive. Honnêtement, totalement époustouflé par cette soirée. Il y avait quelque chose dans l’air.

Samedi, loin d’être en reste

Le plus difficile le samedi matin, c’était de se lever tôt pour aller au nettoyage des berges. L’arrivée des organisateurs a été retardée, par chance, car l’arrivée des nettoyeurs (les festivaliers quoi) a aussi été retardée. La levée du corps a été plus ardue que prévue. C’est le fun cette activité. Si vous voulez en savoir plus, ça se nomme la Virée du Saint Laurent, une mission éco-responsable avec la gang de Qualité Motel (qui était en spectacle, j’y reviendrai).

Les festivaliers ont eu un léger coup de pouce pour se réveiller. Tout en douceur, à 8:00 du matin, Halleluja s’est mis à jouer, on trouvait ça génial comme idée, mais abruptement la chanson a été coupée pour y entendre Blow (de Ed Sheeran, Chris Stapleton) à la place. Oh là, ça réveille. En voyant Vincent parcourir le site de part et d’autre, on a appris que cette bonne idée était en fait un sound check. Mais l’idée est bonne.

Si on retourne à la programmation, un autre commentaire revient régulièrement : «mais il y a tant de chose à faire, on est déchiré». Ce qui est loin d’être négatif, les gens qui aiment tout doivent faire des choix. Il y a des activités pour tout les goûts et pour tout les âges.

Après un petit Yoga pour les filles, visite de kiosques, conférence de Pierre Lavoie (qui est géniale en passant), de retour à la van pour la chasse au trésor Thule. Ça passe réellement trop vite.

On repart pour une autre tournée, avec un autre choix déchirant, la sélection du repas. Pour nous ce sera chez Ah La Vache (une bonne fondue/miche, pour le soir, car il faut la faire chauffer). Un petit détour au concours de la Pimenterie, Taz et Jess, essayez de ne pas manger trop épicé… C’était hilarant.

De retour au van, un petit lunch rapide, et on repart de plus belle. Après la conférence Vanlife, retour à la van, certaines personnes viennent nous visiter, pour qu’on réponde aux question (Martin est pas mal occupé, on le laisse aller). On repart pour le spectacle de Raphaelle Roy, on revient, kiosques, DJ Set… de vraies queues de veau.

La soirée n’est pas encore entamée que l’organisation fait un sondage (vox pop) pour révéler nos coups de coeur. Voyons comment choisir? Mon choix, parce qu’il faut en faire, sera Romain, mais Kaïn fut sensationnel, pis Erich, pis mosus, incapable de décider, mais j’ai dit Romain.

Pendant le show de LAF, on mangeait. Notre emplacement nous permettait d’écouter la musique tout en mangeant. Pas déçu non plus.

On repart pour l’immanquable show Qualité Motel. C’est la Van c’est la Vanlife…. Show magique. La folie ira jusqu’à inviter une bonne cinquantaine de personnes à monter sur le stage avec eux. C’était tout simplement malade. La soirée officielle se continue avec un DJ set, mais c’est drôle, il y a moins de monde qu’hier. Je soupçonne un repos obligé pour certains. Depuis 17:00 hier soir, c’est quand même intense.

La soirée «officielle» terminée, il y a quelques groupes ici et là, qui continuent à jaser, à surfer sur la vibe.

Dimanche relaxe

Comme je le mentionnais plus tôt, il pleut, parfois beaucoup. Les gens sont calmes. Le spectacle de Fuso est retardé d’une heure. La présentation de Terego se fait sous l’auvent du Plan Bus (autobus de VanlifeMTL). C’est intime.

Il y a un petit déjeuner brunch super intéressant. On n’en a pas profité, malheureusement. On regardait certains se régaler.

Et puis, la pluie s’est arrêtée. Fuso, accompagnée de Raphaelle Roy et du merveilleux guitariste Antoine Loiselle (aux doigts magiques comme dit Fuso). Ce fut un show beaucoup trop court. On en aurait voulu tellement plus encore. Merci Fuso

La barre encore plus haute

Ka Halawai est un must. Que vous soyez genre party, genre tranquille, genre qui aime jaser avec des amis, tout y est. C’est très rassembleur. On voyait beaucoup de regroupement, de nouvelles amitiés qui devaient assurément se créer, dans une superbe ambiance. Nous, ceux de la Gang du Plateau qui étaient présents, avons eu pas mal moins de temps à jaser ensemble car il y avait tant de choses à faire.

Pour une 3e édition, il y avait beaucoup plus de vans qu’on aurait pu l’imaginer. On m’a dit que plus de 300 vans/roulottes/tentes combinés, et plus de 35 exposants se sont joint à la fête. Je me souviens de l’an dernier, les emplacements vides (hors zone centrale) étaient maintenant comblés. Cet endroit a la possibilité d’accueillir encore plus de festivaliers. J’imagine que c’était déjà dan les plans.

On doit s’attendre à quoi pour la prochaine édition? Message aux organisateurs : vous vous mettez (à vous mêmes) la barre de plus en plus haute, mais, vous connaissant, je sais que vous allez relever le défi. Verrons-nous plus de grosses têtes d’affiches? Honnêtement, rien ne me surprendrait.

J’ai déjà tellement hâte à la quatrième édition. Certains ont déjà acheté leurs billets. Ça promet.

Tout simplement merci!

Derrière cette belle fin de semaine on y retrouve une gang de gens passionnés. Les commentaires de plusieurs personnes rencontrées, sont unanimes : les patrons de VanlifeMTL sont chanceux d’avoir ce groupe d’employés. J’avais déjà remarqué leur passion, lors des portes ouvertes du printemps dernier, mais là, on a eu la preuve que ce n’était pas quelque chose de passager. Ils possèdent cette coche de plus que tant de gens apprécient.

Dave, François, Martin, et la gang de VanlifeMTL, je vous remercie pour cette inoubliable fin de semaine.

Un merci particulier à mes amis de la «clique», Pascale, Isabelle, Natacha, Martine, Francis, Martin, Louis, Gabriel pour tout ce que nous avons vécu. On en a eu du fun à ce Ka Halawai. Comme dirait Natacha, notre panier de beaux souvenirs se remplit. Et bien sur, un merci à Dave et Vincent pour avoir permis que nous puissions être tous ensemble à partager nos expériences avec d’autres visiteurs.

Laissez un commentaire