Le Trou de la Fée à DesbiensTemps de lecture 2 min

Aujourd’hui on part en excursion pour une visite dans un lieu recommandé par un ami. Le site est situé à Desbiens, nous sommes à Roberval, donc c’est environ 30 minutes d’où nous sommes. On a le choix de rester ensuite à Desbiens.

La route

On nous avait averti que la route était telle que telle, carrossable oui, mais, à quel point. La première section de la route fait penser à l’ancien pont Champlain (vous vous souvenez du bruit de nos pneus sur les joints de dilatation: touk touk, touk touk, touk touk) ben c’est la même chose, mais plus catastrophique, parce qu’on est lourd (on vient de se peser en passant) et que ce ne sont pas des joints de dilatation, mais des trous perpendiculaires à la route. Pourquoi que c’est comme ça? Aucune idée, mais ça sonne dur.

Vient la seconde partie de la route, qui est en terre. Là là, le stresse monte. Ma dernière expérience en chemin de terre m’a pas mal traumatisé. On avance, mais en plus, on va ajouter un petit stress additionnel, la route c’est une planche à laver. Il parait qu’il faut rouler vite pour moins la sentir. Que j’aille vite ou pas, c’est peine perdue. Je retiens mon souffle pour 2km, c’est tout.

Quand j’y pense, le retour sera pareil, ishhhhh…

Le Trou de la Fée

Cet endroit est tout simplement génial. Je le recommande. C’est un petit sentier pas très long, mais avec des vestiges super intéressants : 

On peut visiter une grotte de plus de 10000 ans qui a été créé à la suite d’une fissure dans la croute terrestre lors de la dernière glaciation. On descend à plus de 30 mètres de profondeur.

Elle a été trouvée par erreur par des employés de construction du barrage. Ils voulaient suivre un aigle afin de trouver son nid. Il y a deux légendes au nom «Trou de la Fée) qui sont liées avec la seconde guerre. Je ne veux pas trop vendre le punch, mais c’est certain qu’une fée leur ai venu en aide.

Sur la rivière Metabetchouan, il y a aussi le barrage (sur lequel les gars de construction travaillent) qui fut construit autour de 1920. Il est désaffecté, il a été très malmené lors des énormes inondations de 1996 (vous vous souvenez de la petite maison blanche au Saguenay, ben c’est en même temps) mais il a été réparé, et on peut le franchir.

L’eau partait de ce barrage pour y être acheminé à une centrale hydroélectrique qui alimentait une usine de bois à Desbiens. Il y avait une famille qui vivait à l’étage de cette centrale. C’est un peu inhabituel.

On peut même marcher dans les tunnels d’approvisionnement en eau. Tout a été modifié depuis, jadis ils marchaient sur la conduite, maintenant on marche à l’intérieur.

Il y a des ponts, passerelles, tout construit par des hommes araignées. C’est un merveilleux travail.

Un second sentier mêne aux 3 chutes. C’est facile comme randonnée, et c’est vraiment beau. Il y a beaucoup de points de vue.

Le dernier sentier lui, qui se nomme la coulée verte, est quelque chose que nous n’avons jamais vu au Québec. C’est tout simplement magnifique. C’est très chaud et humide dans ce sentier, et la végétation est luxuriante. Le lichen, la mousse, il y en a partout, et il y en a épais sur les roches. Il y a une petite cascade qui doit au moins descendre 300 mètres.

Les photos ne font absolument pas honneur au paysage. Le vert était flamboyant.

Ce n’est pas donné, mais ça vaut le prix. C’est une merveilleuse expérience.

Spot pour la nuit

On revient au même endroit, soit à Roberval. Demain, si le temps le veut, ce sera du Paddleboard sur le lac St-Jean. On pourra mettre un crochet à notre liste.

2 comments

  1. Les photos sont toujours très claires et impressionnantes.
    J’ai vu cet endroit lorsque j’avais 13 ans; il y a eu des améliorations et de nouveaux aménagements. Cependant certaines choses n’ont pas changé et ça ramène des souvenirs. Merci.

    Le lac ST-Jean, c’est comme la mer…. Jamais pareil à cause des vents et des vagues. Pour le paddle board, je vous souhaite une belle météo propice à votre activité. Enjoy!

Laissez un commentaire